L'Inde du Nord en 30 mots-clés

Ambassador

Pour les puristes, il s’agit de la Morris Oxford 1954. Pour les autres, c’est la voiture la plus populaire en Inde. Touristes occidentaux, familles nombreuses indiennes et le Premier ministre apprécient sa robustesse et sa fiabilité. Remontée comme une horloge, l’Ambassador est aussi à l’aise dans le désert du Kutch que sur les routes du Bengale. L’Ambassador est utilisée comme taxi à Delhi et à Calcutta ; à Mumbai, on lui préfère la ” Premier ” également appelée Padmini, qui est une copie de la Fiat 1100D, fabriquée en Italie dans les années 1960.

Astrologie

Pour partir en voyage ou choisir une date pour marier le fils aîné ; chaque événement dans la vie des Indiens dépend de la position des astres. Même l’arrivée de la mousson est sujette à la consultation d’un jyotishi (astrologue). Et quand les horoscopes de deux futurs mariés ne correspondent pas, c’est un motif sérieux d’annulation du mariage.

Banian

Le ficus benghalensis est un arbre sacré. On le trouve généralement à côté des temples. Ses racines aériennes retombent vers le sol et forment de nouveaux troncs. C’est sous un banian que Bouddha a atteint l’Illumination.

Bazar

C’est le mot le plus courant en Inde pour désigner un marché. Ces étals voisins les uns des autres vendent tous types de marchandises (tissus, nourriture, objets de culte, fruits et légumes, bijoux, vêtements…) et de services. Les bazars sont les meilleurs endroits pour obtenir des prix intéressants, la règle étant le marchandage. Un lieu de vie, de mélange culturel et de rencontres.

Bollywood

La Mecque du cinéma indien tient son nom d’une contraction de l’initiale de Bombay et du symbole mondialement connu du cinéma, Hollywood. Il s’agit du premier lieu de tournage et de production cinématographique en Inde : près de 250 films par an, qui sont ensuite diffusés en hindi et en ourdou dans tout le pays mais également dans le monde entier (Afrique du Nord, Moyen Orient et Sud-Est asiatique). Surtout connu pour ses comédies musicales, le laxisme de la législation indienne concernant la propriété intellectuelle a également permis la sortie de quantités de plagiats de grands succès occidentaux. Depuis quelques années, le genre le plus populaire est le massala (” mélange “) qui mêle pendant plus de trois heures plusieurs genres dans un même film (comédie, romance, action voire fantastique).

Castes

Le terme est d’origine portugaise (casta, ” non mélangé “, ” pur “) et non indienne. Il regroupe deux concepts locaux très différents : d’une part le Varna (” couleur ” en sanskrit), qui est une caste socioreligieuse de l’hindouisme, et d’autre part la Jari (” naissance ” en sanskrit) qui est une caste socio-professionnelle. Ces deux classifications ne coïncident pas ; ainsi, plus de la moitié de la population de la plus haute caste du Varna (les Brâhmanes) vit sous le seuil de la pauvreté, cette dernière étant une valeur traditionnelle propre à cette caste. Ce système propre à l’Inde organise la société en fonction de la naissance des individus. Théoriquement aboli, il demeure très implanté dans les zones rurales et dans les couches les plus pauvres de la population.

Chai

Un chai est beaucoup plus que du thé, c’est LA boisson nationale ! Impossible de ne pas y goûter, on vous en proposera partout. Chez l’habitant, dans les échoppes, dans la rue, dans les gares et dans les trains… D’ailleurs, vous apprendrez rapidement à reconnaître la voix nasillarde du vendeur qui scande des “châaaî, châaï ! ” pendant les trajets. C’est du thé avec du lait, beaucoup de sucre et des épices (masala), il se boit très chaud. Si vous souhaitez du thé nature (sans lait), vous devrez le spécifier en demandant un black tea.

Crémation

Les Indiens de confession hindoue incinèrent leurs morts. Le bûcher est alimenté dans le meilleur des cas avec du bois de santal. Certains ghats (les marches qui mènent au fleuve) à Varanasi sont dévolus à ce rituel. Soyez discret et ne prenez pas de photos si vous assistez à une crémation.

Curry

Nom général popularisé par les colons britanniques pendant la colonisation pour désigner une grande variété de plats indiens épicés en sauce. En réalité, ce terme n’est pas employé en Inde. On lui préfère le mot massala en Inde du Nord, qui signifie ” mélange ” (voir aussi ” Bollywood ” !). Les épices contenues dans la préparation varient grandement en fonction de la tradition régionale. La poudre contient presque toujours du piment, du gingembre, de l’ail, de la coriandre, du cumin et du poivre, et par adjonction de yaourt ou de lait de coco, peut aussi se présenter sous forme de pâte plus ou moins épaisse.

Dhaba

Gargote de bord de route, sorte de cantine locale très rustique, où l’on vend des curry (précuits), des roti (pain local) cuits dans un tandoor et servi chaud. Il y a des dhaba 100 % végétariens qui servent légumes, lentilles, pommes de terre…

Dharma

Dharma est l’un des concepts de la philosophie hindoue dont la racine ” dhru ” signifie porter, soutenir. Le terme désigne ” ce qui constitue notre Vraie Nature “. Le dharma est un moyen, un instrument ou une ligne de vie qui empêche l’homme de tomber et lui permet de s’élever spirituellement. C’est à la fois un mode de vie spirituelle et un ensemble de principes à suivre. L’hindouisme décrit le dharma comme les lois naturelles universelles qui, si on les observe, permettent d’atteindre le bonheur et de ne pas souffrir. Les hindous considèrent le dharma comme étant le fondement de la vie. Ce code de conduite implique un comportement de non-violence, d’égalité, de paix, d’absence d’agression et d’envie.

Dhobi

L’équivalent de nos laveries automatiques en plus rustique (et en moins cher !). Le linge sale que vous avez déposé à la réception de l’hôtel ou dans une boutique est marqué puis envoyé au dhobi-ghat. Il est trié puis mis à tremper dans un bac d’eau savonneuse. Ensuite, il est frappé par le dhobi contre un mur ou sur le sol. Dans l’action, vous perdez peut-être un ou deux boutons, mais votre chemise maculée par le voyage est comme neuve. Ensuite, elle est repassée. Le soir vos vêtements vous attendent, soigneusement pliés.

Eléphant

Un animal symbolique et sacré en Inde. Signe de richesse et de puissance, il était autrefois de toutes les processions royales. Les maharajas l’utilisaient pour la chasse au tigre. A présent, il promène et bénit les touristes près des temples et des forts (cf.Amber). Les éléphants sauvages vivent dans les Etats de l’Assam et du Kerala (qui en compterait à lui seul environ 4 000).

Gandhi

Un personnage emblématique. Tous les partis politiques indiens se réfèrent avec vénération au ” Père de la nation ” et affichent volontiers quelque intérêt pour certains de ses idéaux (l’attachement aux valeurs traditionnelles pour le BJP, la tolérance religieuse pour le Congrès, l’égalitarisme pour les communistes). Cependant, aucun ne saurait se réclamer de l’utopie gandhienne. Celle-ci, basée sur une économie quasi autarcique et sur une existence frugale, ne ferait d’ailleurs pas recette en ces temps d’ouverture (sans nuance) sur la consommation occidentale.

Gange

Sacré pour les Hindous, le Gange prend sa source dans l’Himalaya, traverse la plaine indienne du nord pour se jeter dans le golfe du Bengale après un parcours de près de 3000 km. Le fleuve est considéré comme l’ultime vérité spirituelle, dont la source serait le chignon de Shiva (jata-mukata). Les croyants peuvent laver tous leurs péchés en s’y immergeant, et la dispersion des cendres dans le fleuve libère l’âme des défunts. Malheureusement, il est désormais l’un des fleuves les plus pollués au monde.

Himalaya

La ” demeure des neiges ” (en sanskrit) est une gigantesque chaîne de montagnes de plus de 600 000 km², séparant le sous-continent indien du plateau tibétain. Il abrite les plus hauts sommets du monde, 14 d’entre eux dépassant les 8000 m d’altitude, et parmi ceux-ci, le célèbre mont Everest. Résultant de la collision des plaques indienne et eurasienne, ce massif est la source des principaux fleuves nationaux (Indus, Gange et Brahmapoutre). Si l’Himalaya a été le théâtre principal de la guerre sino-indienne de 1962, modifiant leur frontière commune au détriment de l’Inde, la chaîne a surtout permis d’éviter de nombreux conflits en raison de sa taille gigantesque. C’est notamment ainsi que la péninsule indienne a échappé à Genghis Khan lors des conquêtes mongoles.

Kumar

En Inde, tout le monde s’appelle M. Kumar, M. Singh, ou M. Dasgupta. En fait, Kumar signifie littéralement ” monsieur “, ce terme sert à cacher son vrai nom qui trahit souvent sa caste.

Lassi

Boisson traditionnelle indienne, à base de lait fermenté issu du barattage du yaourt. Il peut être nature, salé, épicé ou sucré. Les arômes les plus connus sont la rose, le citron, la framboise ou la mangue. Alcalin comme tous les produits laitiers, il est très appréciable après un plat fortement épicé !

Maharadja

En sanskrit, on désigne par le terme de raja tout monarque ou prince. Le maharaja est un ” grand roi “, titre réservé aux suzerains de plusieurs rajas. Le terme s’est rapidement propagé dans l’Asie du Sud et du Sud-Est, et désigne également un roi au Sri Lanka, en Indonésie, en Malaisie ou encore aux Philippines. Les souverains de religion musulmane étaient qualifiés de nawab en ourdou, mot qui a donné le français ” nabab “. Ils ont tous perdus leurs privilèges et territoires lors de l’indépendance de l’Inde.

Namaste

Veut dire bonjour, car ” nama ” signifie le salut, ” as ” signifie je, et ” te ” signifie vous. Donc le mot signifie littéralement : je vous salue. Le geste namaste (mains jointes à hauteur du coeur et salut de la tête ou placer les mains jointes à hauteur du front puis les baisser vers le coeur) symbolise la croyance selon laquelle il existerait une étincelle divine en chacun de nous, située dans le chakra du coeur, les chakra étant ” les centres par lesquels passe l’énergie subtile du corps astral de l’homme ” (Dictionnaire de la sagesse orientale, Robert Laffont, coll. ” Bouquins “). C’est l’expression d’une profonde forme de respect.

Puja

Prière ou offrande. Elle marque la vie quotidienne des Indiens. Le propriétaire d’une boutique fait sa puja à sa divinité préférée avant de commencer sa journée, même chose pour les conducteurs de bus ou de taxi qui ont installé un mini-temple à côté de leur volant. Les grandes fêtes (Holi, Diwali…) donnent lieu à des pujas rassemblant des milliers de fidèles dans les temples.

Riz

L’Inde est le 2e producteur de riz au monde derrière la Chine. Des terres arables sont consacrées à cette culture très contraignante qui nécessite beaucoup de main-d’oeuvre pour repiquer les semis. Pendant le développement de la plante, les rizières doivent rester constamment immergées et ensoleillées. Au moment de la récolte, à l’automne, le riz atteint généralement un mètre de haut et ressemble à de l’avoine. Il faut ôter la pellicule de son pour obtenir un grain blanc mais souvent dans les campagnes, on le mange complet pour éviter certaines carences.

Sadhu

Ascète errant. Désigne en principe une personne effectuant un sadhana (cheminement spirituel). Les sadhus vivent le plus souvent dans le renoncement. Ils sont alors sanyasin. On les retrouve dans les villes de pèlerinage ou isolés dans des lieux reculés. Le sage Shankara (dates bien imprécises, entre le VIe siècle avant notre ère et le VIIIe siècle) institua plusieurs ordres de sadhus. Certains remontent cependant à des temps immémoriaux. Beaucoup de soi-disant sadhus que vous rencontrerez dans les lieux de pèlerinage ne sont en fait que des mendiants sans préoccupation spirituelle.

Sari

Vêtement traditionnel féminin dont le succès n’a jamais été démenti puisqu’il est vieux de plus de 2000 ans ! Il est constitué d’une large bande de tissu d’environ 1,20 m de large sur 5 à 6 m de long. La technique de drapé varie selon les régions, les castes, les religions… Il est théoriquement réservé aux femmes mariées.

Shiva

” Celui qui porte bonheur “, en sanskrit, est certainement le dieu hindou le plus connu en Occident. Yogi omniscient, il vit sur le mont Kailash (deuxième plus haute montagne après l’Everest). Personnage complexe, il est le dieu des illusions et de l’ignorance mais surtout de la destruction. Mais contrairement à la notion occidentale, la destruction revêt ici un caractère positif : elle est créatrice et marque toujours le commencement d’un nouveau cycle. Shiva est représenté sous des formes très diverses et porte plus de 1008 noms distincts, mais sa forme la plus connue le présente avec un troisième oeil au milieu du front, un cobra autour du cou, vêtu d’une peau de tigre et armé d’un trident.

Swastika

” Signe de prospérité ” et par extension de tout ce qui apparaît lié à l’harmonie cosmique. Il symbolise le mouvement d’une roue et aussi les cycles micro ou macrocosmiques. On le retrouve partout en Inde, dans les temples, les boutiques, peint sur les véhicules ou même sur les vaches. C’est bien ce signe que reprit Hitler pour symboliser ses vues sur l’harmonie… Ce pillage culturel doublé d’un détournement de symbole est perçu comme une cruelle insulte par les hindous.

Tigre

Le plus grand félin sauvage est le symbole national de l’Inde. Après avoir quasiment disparu en raison de leur chasse intensive jusque 1970, le pays recense désormais la plus importante population mondiale de tigres du Bengale (grâce au programme de sauvegarde Tiger, lancé en 1973). Il est le symbole de la royauté et du pouvoir divin, et est très présent dans la culture traditionnelle indienne. Shiva est représenté vêtu d’une peau de tigre, et Dourgâ, la déesse aux dix-huit bras, a un tigre pour monture.

Tika

Point rouge que les hindous appliquent sur leur front à l’aide d’une poudre vermillon (sindoor) ou jaunâtre (vibhuti). Sachez lire les fronts des Indiens que vous croisez dans les temples : trois barres horizontales indiquent que le fidèle est shivaïte, trois barres verticales qu’il est vishnuïte. Enfin, à l’origine, seules les femmes mariées portaient le bindi (petit rond de couleur au milieu du front) mais cet usage est de plus en plus répandu chez les jeunes femmes qui accordent ce rond autocollant avec la couleur de leur sari.

Vache

Symbolisant la Mère, c’est un animal sacrée en Inde. Elle a sa place partout. Les grosses vaches que vous verrez dans les rues de Delhi appartiennent souvent à un propriétaire qui s’en occupe avec dévotion. Les plus chétives survivent grâce à la générosité des passants. Il n’est pas rare de voir des hindous se prosterner devant une vache et lui offrir de la nourriture. Le dieu Krishna est le protecteur des vaches. C’est dire si l’animal doit être respecté. Même ses excréments (Go bar) sont considérés comme des sources de bénédictions. Dans les villages, vous remarquerez des bouses de vaches séchant sur les murs. Elles serviront de combustibles. Certains pieux hindous consomment même l’urine de vache, dont les vertus seraient immunisantes.

Yoga

Désigne une discipline spirituelle ayant pour but de réaliser l’identité de l’âme individuelle (atman ou purusha) avec l’âme absolue (brahman). Le Yoga Sutra de Patanjali, texte de référence sur le yoga (entre le IVe siècle avant notre ère et le IVe siècle de notre ère), affirme d’entrée : ” Le yoga est le contrôle du flux des pensées. L’être retrouve alors son essence immuable… ” L’adepte doit se plier à des règles de vie strictes : yama et niyama (parmi lesquelles : non-violence, vérité, chasteté, contentement dans la simplicité, étude des textes sacrés…). Il doit ensuite pouvoir adopter une position immobile (asana), nécessaire au contrôle de l’énergie cosmique (pranayama), retrait des sens (pratyahara). Ceci facilite la concentration (dharana) qui, poussée de manière intense, devient méditation (dhyana) et débouche sur l’unité entre le méditant et l’objet de la méditation (samadhi) et la réalisation de l’identité de l’âme avec l’Absolu éternel. D’après les grands maîtres (gourou), seul un yogi ayant atteint le but final peut enseigner. Il existe diverses formes de yoga se combinant avec la forme classique précédente (appelée parfois Raja Yoga ou yoga royal).

Yoni

La racine primordiale des phénomènes, la source originelle de l’objectivisation, la matrice. On la représente avec un triangle renversé qui représente la yoni, l’organe sexuel féminin, symbole des mystères cosmiques. La yoni est la partie féminine et complémentaire du lingam, aspect phallique et masculin. La yoni est shakti, énergie-conscience, elle est la déesse. Le lingam est shiva, l’aspect divin masculin, le vide-conscience. Les lingams vus dans les temples sont pour la plupart des lingams unis à la yoni. C’est une représentation dite non anthropomorphique du divin. Dans les rites sexuels tantriques, le sexe masculin devient lingam et le vagin devient yoni, ils font tous deux l’objet de respect et de vénération.

Besoin d'un chauffeur?

Envie d’un renseignement? Envoyez-moi un e-mail ou un message sur Whatsapp ou Facebook messenger. Je serai ravi de vous aider.

Nos circuits avec chauffeur !